un samedi dans les ilots du nord

Publié le par Véro et Marc

  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.
  Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve.  Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques.  La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités :      une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse     les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants.  Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline,  riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m).  A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro  et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.

Les îlots qui parsèment le lagon sont un des grands attraits de l’île de Mayotte : vierges de toute construction, bordés la plupart du temps par de très beaux fonds et de petites plages de sable, déserts durant la semaine et de toutes façons jamais surpeuplés. Y passer une journée est un rêve. Non contents d’être sur une île tropicale on trouve ainsi un dépaysement supplémentaire à prendre un bateau – les possibilités sont nombreuses, voir le « Bon plan » ci-contre - et à se retrouver sur un de ses confettis paradisiaques. La beauté des îlots Choazil (ou Choisil) vient de deux spécificités : une longue langue de sable blanc ondulante qui va de l’îlot Choazil le plus à l’ouest (Mamlandzamiayajou sur la carte IGN) à un gros rocher, langue d’autant plus grande que la mer est basse les fonds riches de jolis coraux et poissons, situés au sud - ouest de cet îlot et souvent très clairs. Contrairement à l’îlot blanc situé au sud-est de Mayotte qui n’a pas de fonds intéressants. Il faut aussi se poser quelques heures sur le grand îlot de M’Tsamboro à 2, 5 km au nord-ouest des îlots Choazil. Il cache, tournée vers le sud-ouest, une longue plage de sable jaune paille aux eaux turquoise (plage Antakoudja). Là, quelques arbres vous abritent pour un pique-nique. Un chemin monte dans la colline, riche d’orangers sauvages (pleines de pépins mais bonnes : elles sont mûres en juin). A l’extrémité nord de la plage quelques bangas où logent pêcheurs et clandestins. Le tombant est beau mais assez éloigné de la plage (750m). A l’aller ou au retour, demandez au bateau que vous avez choisi de vous arrêter sur le banc de sable blanc situé à l’Est de l’îlot de M’Tsamboro et qui affleure plus ou moins – toujours suivant le coefficient de la marée : c’est un régal d’y courir, de l’eau au mollet.

un samedi dans les ilots du nord
un samedi dans les ilots du nord

Publié dans photos de l'Ile, Le Nord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article